09/11/2012

« LES EMPLOIS D’AVENIR, DES EMPLOIS PRECAIRES POUR UN AVENIR A DUREE DETERMINEE. »

corruption,et trafic d’influence,dans le btp,la ville de metz,doit se contituer,partie civile,non à la dépénalisation,légalisation,du cannabis,député européen,oui la france,circonscription,metz 3,marie-jo zimmermann,ump,fn,françoise grolet,candidate fn,fermeture du p6,législatives 2012,france,lorraine,moselle,metz,centre pompidou-metz,une vraie poltique social,premier parti ouvrier de france,mère de famille,femme,marine le pen,candidate,au service des français,présidentielles 2012,conseil régional de lorraine,plénière,primaires socialistes,le fn c'est le social,wall street journal,les élus umps jouent avec l'angoisse des travailleurs,fermeture du dernier haut fourneau lorrain,arcelor-mittal,groupe sidérurgie,campagne présidentielle,premier meeting,de marine le pen,à metz,foire expo,le 11 décembre 2011,augmentation de la délinquance,cambriolages à la hausse
 
Intervention de Françoise Grolet au Conseil régional de Lorraine, le 9 novembre 2012.
 
« Monsieur le Président, chers collègues, 
 
François Hollande a appelé hier à la « mobilisation générale », et le soldat Masseret se met au garde à vous, le cœur sur la main et la larme à l'oeil, pour créer des Emplois d'Avenir dont on connaît pourtant l'inanité économique. 
 
Quand on dit que les énarques sont formatés pour n'avoir ni initiative ni créativité, en voici un parfait exemple. Papa avait décroché un TUC en 83, j'ai décroché un emploi jeune 15 ans après, et toi mon fils, tu auras un Emploi d'Avenir... De quoi subsister un ou deux ans avec un boulot improbable et mal payé, avant de retourner au chômage !
 
Comment des emplois subventionnés, dans des secteurs non productifs, pourraient-ils être une solution pérenne ? Ces emplois existant temporairement sous perfusion financière, ne créant aucune richesse, ne résoudront aucune difficulté de notre pays. Tout au plus donneront-ils un espoir fugace à quelques milliers de jeunes en Lorraine. 
 
Mais parallèlement, ils grèveront nos chances de sortir du marasme en alourdissant les dépenses publiques de l'Etat (1 milliard et demi d'€ par an), qui prendra en charge 75% des salaires, et de la Région pour le volet formation (1 million 300 000 € par an).
 
Il aurait fallu en priorité s'interroger sur l'efficacité d'un système scolaire qui laisse chaque année autant de jeunes sur le bord de la route !
 
Inefficaces sur le plan économique, les Emplois d'Avenir créent aussi une grave discrimination envers nos jeunes compatriotes. En effet, la priorité affichée, ce sont les Zones Urbaines Sensibles. Par rapport au reste du pays, dans les ZUS, il y a plus de jeunes, dont un plus fort taux est au chômage, parmi lesquels une plus forte proportion d'immigrés. 
 
Ce n'est pas moi qui le dis, c'est l'Observatoire National des ZUS, plus exactement son Conseil d'Orientation (le « CO-ONZUS »...) présidé par Bernadette Malgorn ancien préfet de Lorraine. Elle affirme dans son rapport d'octobre 2011 : « Plus d'une personne sur deux résidant en ZUS est immigrée ou descendante d'immigré ». 
 
Les Emplois d'Avenir sont donc un nouvel avatar de la Politique de  la ville dont on connaît les échecs récurrents et la facture croissante, comme l'a dénoncé cet été la Cour des Comptes.
 
Nos députés du Front National ont proposé par amendement que la priorité soit donnée pour ces Emplois aux jeunes de nationalité française, et subsidiairement européens. L'amendement a été rejeté avec horreur par la caste politique mais il est clair que si, comme promis par François Hollande, les citoyens prenaient part aux décisions politiques par referendum, les Français approuveraient cette proposition de bon sens. 
 
Ce sont des emplois précaires pour un Avenir à durée déterminée que vous proposez : nous ne vous suivrons pas sur cette pente. 
 
Je vous remercie de votre attention. »

En écoute, l'enregistrement sonore de l'intervention de Françoise Grolet :

podcast